Notion de Phonétique 1 :
La Phonétique dans l'usage des runes par les nains
© Dominique Vigot (Foradan), Stéphane Grignon (Anglin), Chroniques de Chant-de-Fer, 2004.

La Phonétique dans l'usage des runes par les nains

On a déjà parlé des runes additionnelles trouvées en Moria qui forment les fameux Angerthas. Ce complément va tenter de vous familiariser un peu avec les différents textes écrits dans la langue des Nains et disséminés dans l’œuvre de Tolkien. Cette étude de Dominique Vigot parle de phonétique.
Dans les systèmes d'écritures tolkienniens, la forme et l'ordre des symboles sont fonction de leurs relations phonétiques. Les Nains utilisant principalement les Angerthas, voici leur classement, en correspondance avec leurs équivalents latins :
  • Les runes 1 - 2 - 3 - 4 sont les labiales ;

  • Les runes 8 - 9 - 10 - 11 sont les dentales ;

  • Les deux autres séries pouraient être considérées comme :
    Runes 13-14-15-16, des palatales/vélaires
    Runes 18-19-20-21, des vélaires/labiovélaires
Les runes- 1 - 8 - 13 - 18 sont les runes de base :

> L'ajout d'un jambage donne le son voisé (2 - 9 - 14 - 19) ;

> Le retournement donne la spirante (3 - 10 - 15 - 20) ;

> L'addition jambage-retournement donne la spirante voisée (4 - 11 - 16 - 21).
Pour la prononciation, cela nous donne comme valeurs (avec précision dans les cas particuliers)
1 > p ;
2 > b ;
3 > f ;
4 > v (vision) ;
8 > t ;
9 > d ;
10 > th (thin) ;
11 > dh (then) ;
13 > ch (church) ;
14 > j (jogging) ;
15 > sh (shore) ;
16 > zh (azure) ;
18 > k ;
19 > g (golf) ;
20 > kh ;
21 > gh ;
De plus, on notera qu'en Khuzdûl « th » et « kh » se prononcent sur deux syllabes (black-hand).