< Stéphane Grignon >

Ecrite elle aussi en Angerthas et dans la même façon que le livre de Mazarbul. Excepté que les runes y sont ciselées avec un soin tout particulier pour en imposer l'aspect solennel.
Mais y demeure l'absurdité la plus énorme, on y lit en effet les noms Balin et Fundin (à l'origine Burin fut le deuxième nom) qui sont, comme je l'ai précisé plus avant, leurs noms d'emprunts (aux accents des hommes du Nord) uniquement utilisés dans un contexte de négoce ou d'amitié mais qui ne saurait figurer dans une telle inscription contemporaine et si on l'a dit solennelle.

Scan du SdA, Editions Pocket

TRADUCTION
BALIN
Balin

FUNDINUL
fils (en nain ) de Fundin
UZBADKHAZADDUMU

Seigneur de la Citée des Nains (complètement en nain)

BALINSONOFFUNDINLORDOFMORIA

Balin fils de Fundin Seigneur de Moria

photo extraite du HoME VII

Cette extrait de 'Treason on Isengard' (HoME VII) n'est là que pour confirmer la traduction ci-dessus. Elle indique aussi peut être l'éventuelle erreur de traduction en langue française du Seigneur des Anneaux, puisque là les deux premières phrases confirment la traduction de Gandalf ce qui n'est pas littéralement le cas dans l'inscription trouvée dans nos éditions. Cependant elle conserve s'il on veut parler du langage nain la même "absurdité" les noms "communs" des nains sur un lieu aussi solennel. On remarquera de plus la ponctuation absente dans l'édition proposée plus haut, et qui là régit comme il est d'usage dans l'utilisation des runes par J.R.R. Tolkien les fins de phrases et les espaces délimitants les mots eux-mêmes.


Pour en Finir avec cette Tombe de Balin sachez donc qu'en premier dans ces oeuvres JRR Tolkien parlait de Balin fils de Burin (et non pas Fundin)

 

 

 





Retour aux Runes

Retour au khuzdûl