Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

23 Octobre 2018, 05:47:01
Accueil | Aide | Rechercher | Identifiez-vous | Inscrivez-vous
Nouvelles: A cause de robots de spam, les inscriptions sont désactivées, si vous avez besoin de vous inscrire, envoyez un mail à ccf@tolkiendil.com avec le pseudonyme souhaité. Merci de votre patience et de votre compréhension.

Chroniques de Chant-de-Fer  |  Les Nains dans les autres mondes  |  Mythologie Naine  |  Fil de discussion: Blanche-neige et les Sept Chakras « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Imprimer
Auteur Fil de discussion: Blanche-neige et les Sept Chakras  (Lu 1091 fois)
Tilkalin
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Messages: 1574


Voir le profil WWW Courriel
« le: 25 Janvier 2005, 17:34:07 »

Voici une analyse psychodynamique et anthropologique de "Blanche-Neige et les Sept Nains" faite par B. Auriol, psychiatre, dans le cadre d'un livre en projet, intitulé Blanche-neige et les Sept Chakras. :
Citation
Tous les peuples devaient être au fait de l'éminent intérêt du conte, poli par la transmission qui s'en fait de siècle en siècle, structuré pour garder bon pied bon oeil, reflet, non des angoisses d'une époque mais de celles qui subsistent de siècle en siècle, témoin des réponses imaginales de l'humanité aux demandes répétées de ses enfants.
Plus près de nous, Bettelheim ou Von Franz croient y déceler de nouveaux trésors, cachés depuis le commencement, mais actifs depuis toujours. Pas nécessairement la violence du sacré, au moins celle de nos pulsions et l'éblouissement de la sublimation envisageable.
Je tenterai de montrer l'intérêt psychodynamique et anthropologique de Blanche Neige et les sept Nains, à partir du point de vue hindou relatif à l'énergie psychique et à ses avatars, sans omettre une nouvelle donne quant à la nécessaire référence à sa compréhension psychanalytique.
Les contes de fée ont été interprétés de plusieurs manières, selon l'angle de vision du commentateur : points de vue historiques, littéraires ou psychanalytiques. Analyse structuraliste, épanchements sentimentaux sur tout ce qui d'eux fut perdu... J'aimerais, quant à moi, que vous m'accordiez d'en prendre prétexte pour s'envisager soi-même. Un peu comme firent les gourous guérisseurs ou certains directeurs spirituels du bouddhisme. Le conte était donné, choisi et médité longtemps, pour ses vertus propres : il exposait le problème et traçait les voies d'une solution dont l'irréalisme se dissoudra peut-être au regard de l'analyste... D'autant que certains d'entre nous, sous l'égide du Rêve Eveillé, demandent à leur patient plus que d'en user : ils les poussent à fomenter leur propre histoire sans omettre les djinns, les fées et les sorcières, les ogres et les ours ...
N'attendez pas un travail d'ensemble comme le firent Bettelheim, Von Franz ou Propp... Je ne prendrai d'eux que pour servir mon propos relativement à la structure de notre être; dont nous tâcherons de n'exclure, au principe, aucun aspect controversé : organique, psychique, sociologique, spirituel, voire paranormal ! Nous ne les exclurons pas mais nous nous garderons d'en parcourir toutes les allées. Nous sommes pressés de rejoindre notre Mère Grand.
A qui nous envoie notre maman car c'est "le rôle des parents de conduire leurs enfants au seuil de la forêt initiatique" (Simonsen, 38) Mais il ne s'agit pas seulement des enfants. Ni de leurs parents comme tels. Il s'agit aussi du pédagogue pour les enfants et du thérapeute pour leurs ainés ! C'est tardivement (XVIII° s.) qu'on se met à réserver les contes aux petits et à les censurer en conséquence. Leur fonction reparait autrement sous les espèces de toutes sortes de fictions, à présent c'est Indiana Jones, les dents de la mer, etc...
Art de conter sophistiqué qui y perd son retour : rien n'en revient au conteur qu'un audimat ou un chiffre d'affaire. Le club des fans réservé aux héros des contes modernes n'ont de vivant que l'apparence et leur parole est pure statistique. Ainsi la star n'a pas plus d'invention que la pièce de carton qui doit s'encastrer exactement aux autres pièces d'un puzzle plastifié. Nous sommes loin du conteur aux aguets de la brillance des yeux, du sourcil levé, de la bouche bée; aux aguets pour la suite, pour développer la péripétie ou amoindrir l'os du fantasme, ajouter ce qui répond aux inquiétudes du moment, du groupe ici présent ou de tel qu'on discerne à peine dans le coin qui le dérobe aux flamboiements de la cheminée...

Blanche-Neige et les sept Nains.
Nous allons parcourir rapidement le conte de Blanche Neige pour nous arrêter sur un point précis : celui des sept nains.
C'est l'hiver : nous ne serons pas aux fêtes de l'amour ! Engendrée dans le froid Blanche Neige est exposée aux rigueurs d'un foyer ou le sexe n'est pas roi, ou la reine, toute d'absolu, ne connait de couleur que la rouge, celle de l'excitation sans assouvissement.
Tout est déjà dit. Je pourrais vous planter là et vous laisser déduire la suite...
La conception se fait pourtant par pénétration, non de l'oreille comme il advient chez Rabelais, mais du doigt : cette reine-mère ne peut soutenir son désir de l'avoir et se blesse à l'accouplement qui l'endolorit comme à l'accouchement qui la tue.
Au moins pour faire image et séparer le noir du blanc : on la retrouve, un an plus tard (ou peut-être huit mois si nous en appelons à Spitz) sous les traits si beaux, si durs, si implacables de la belle-mère. Elle est la plus belle des mères mais doute tant de l'être, que le miroir, sa propre mère (et nous voici remontés à la troisième génération) doit sans cesse le lui redire !
Jusqu'au jour fatidique ou sa fille la supplante, de l'aveu véridique du miroir froid et objectif qui ne sait dire que la vérité. Est-ce à dire, comme on l'a souvent commenté, qu'il s'agit de l'Oedipe et que les yeux du miroir sont alors devenus ceux du roi ? Probablement que bien des auditeurs, enfants ou plus murs, l'entendront ainsi... A moins qu'ils n'aient quelques relents de ce huitième mois ou l'abandon fut à craindre, ou l'intuition d'une conception par des seins de glace...
Car si la reine est jalouse, c'est peut-être à cause du roi qu'on ne voit guère dans le conte, c'est en tous cas parceque Blanche Neige n'a pas voulu rester petite, rester l'image sans éclat de celle qui la porte : elle grandit, elle embellit, elle se fait fille, on devine la femme. Alors sa maman devient verte (ce qui est toujours mauvais signe) et l'envoie se faire égorger par le chasseur. autant dire papa. Un peu faible sans doute puisqu'il s'exécute; mais un papa quand même : il fera mine d'exécuter la petite mais ne donnera en festin à sa femme qu'un semblant de cette chair rebelle.
Elle ne se sent pas pour autant très à son aise : elle est une fois de plus, abandonnée dans la forêt profonde...
Elle n'a d'autre ressource que la dépersonnalisation, come disent les psychiatres : elle ne saura plus où elle est, que désirer, que faire. Elle ne saura même plus qui elle est, ni même si elle existe !  Le temps est cassé, l'univers brisé et jusqu'à son corps dont elle avait imprudemment anticipé l'unité dans l'amour fallacieux... (un certain narcissisme !).
Comme les bons jouets, elle est cassée. Mais elle n'a pas tout perdu. Sa destruction comme unité reine lui laisse de la santé : les vaillantes pulsions partielles qui vont se mettre à son service et oeuvrer à sa reconstruction. Car les petits nains ne sont pas paresseux : "aï Hi, Aï Ho, On revient du boulot !"; de la mine s'il vous plait ! Un peu d'affollement à la découvrir endormie... mais ils en prendront soin.
Chacun de nous sait bien que lorsqu'il se repose ou se décourage, tout ne s'arrête pas pour autant ! Le bruissement affairé de la vie - souterraine soit-elle - continue. Le sang circule, l'air pénètre, les plexus aiguillent, les hormones modulent...
L'éclatement, le morcellement, la mort ne va pas jusqu'à son terme à chacun des rejets que nous essuyons; il est des ressources profondes, des espérances souterraines...
Vous savez la suite : la reine cherchera en vain à parfaire son oeuvre de mort : par l'étouffement que donne le blanc lacet de l'angoisse, par la séduction du peigne noir, par le poison rouge d'une pomme insincère...
Ce qui tue d'abord Blanche Neige n'est autre que la prise de conscience angoissante de son abandon, elle n'est pas désirée : cela l'étouffe; mais les nains lui apprennent le "release", ils coupent les lacets, lui enseignent la relaxation !...
Le peigne: on sait que le peigne est pour les japonais, un moyen de communication avec les puissances d'en haut ou d'identification à elles; il pénètre la tête d'en haut... Ainsi la mère jalouse fait-elle usage de ce qu'elle est investie des puissances d'en haut, elle use des oripeaux sur-moïques, elle injecte en sa fille le poison délétère de la culpabilisation, de l'idéal spirituel mortifiant, d'une unité de mort basée sur la maitrise abusive et généralisée de toutes les puissances vitales instinctives... Cependant les nains sont encore présents et savent quoi faire : retirer le peigne, renoncer à cette unité d'airain qui n'a rien à faire avec la vie...
Reste l'arme qui dépasse leurs ressources, celle de la régression orale, si nous écoutons Bettelheim. Blanche Neige n'est pas dépourvue de nostalgie, elle redemande d'un sein rouge qui l'empoisonne, la voilà inerte pour longtemps, cent ans peut-être, en tous cas jusqu'à l'éveil d'une pulsion vers l'extérieur qui prenne appui sur une image paternelle idéalisée : un charmant garçon vous dis-je...
A moins qu'il ne s'agisse de l'arbre de la connaissance, une forme plus primitive du bien et du mal, du vrai et du faux. Tous les désirs bannis, exclus, éteints : totale aphanisis... Peut-être tout simplement la haine de l'homme que le trébuchement d'un serviteur lui permettra de recracher...
Les petits amis ne peuvent plus rien pour elle, sauf de lui vouer un culte, de l'exposer aux regards admiratifs, au sommet de la montagne... Elle est ainsi exposée au désir d'un autre qui la sauvera de son morcellement et de sa léthargie. La morale est sauve qui punira d'enfer sa méchante mère : elle devra chausser des souliers chauffés à blanc et danser jusqu'à la mort; chatiment ou se lit le sceau final d'un amour maternel qui ne lui permit jamais le repos...
Nous n'avons plus besoin des nains !
 
Aussi ferons nous leur autopsie :
Les Sept Chakras
Le nombre est magique et placebo, d'où l'abus qu'on peut en faire. Il s'agit peut être là d'un fait de structure; non seulement de celle que Propp discerne en énonçant sept personnages répondant à sept fonctions et qui seraient présents dans tout conte, mais d'une structure qui précède le langage et ne doit que peu aux avatars culturels : une division dont le fondement serait anatomique, physiologique, psychologique et universel. Autant dire un archétype à remonter jusqu'aux temps les plus primitifs de l'inexistence humaine : les mammifères ou même mes vertébrés si pas les chromosomes tout court...
Suggestion par trop imprudente à ne pas lui donner de suite ! Mais nous comptons le faire.
Aujourd'hui je me contenterai de donner à chacun des sept nains, par delà le petit nom dont les a baptisé Walt Disney, une fonction anthropologique précise.

- Simplet :
1. Squelette : voûte du crane;
2. Chakra : Sahasrara;
3. Organe de perception : (?);
4. Organe d'action : (?);
5. Pulsion : mystique (?);
6. Sephiroths gauches : (?);
7. Sephiroths du milieu : Keter;
8. Sephiroths droits : (?).

- Prof :
1. Squelette : base du Crâne;
2. Chakra : Ajna;
3. Organe de perception : E.S.P. (?);   
4. Organe d'action : P.K. ( ?);
5. Pulsion : épistémophilique;
6. Sephiroths gauches : Binah;
7. Sephiroths du milieu : (?);
8. Sephiroths droits : Hochmah.

- Atchoum   :
1. Squelette : cervicales;
2. Chakra : Vishudda;
3. Organe de perception : ouie;
4. Organe d'action : voix;
5. Pulsion : invocante;
6. Sephiroths gauches : Pechad;
7. Sephiroths du milieu : (?);
8. Sephiroths droits : Hesed.

- Joyeux :
1. Squelette : thorax;
2. Chakra : Anahata;
3. Organe de perception : tact;
4. Organe d'action : phallus;
5. Pulsion : phallique;
6. Sephiroths gauches : (?);
7. Sephiroths du milieu : Tiphereth;
8. Sephiroths droits : (?).

- Timide :
1. Squelette : lombaires;
2. Chakra : Manipoura;
3. Organe de perception : vue;
4. Organe d'action : anus;
5. Pulsion : anale;
6. Sephiroths gauches : Hod;
7. Sephiroths du milieu : (?);
8. Sephiroths droits : Nizah.

- Grincheux :
1. Squelette : sacrées;
2. Chakra : Swadisthana;
3. Organe de perception : goût;
4. Organe d'action : main;
5. Pulsion : orale;
6. Sephiroths gauches : (?);
7. Sephiroths du milieu : Iesod;
8. Sephiroths droits : (?).

- Dormeur   :
1. Squelette : coccyx;
2. Chakra : Muladhara;
3. Organe de perception : odorat;
4. Organe d'action : pied;
5. Pulsion : sécuritaire;
6. Sephiroths gauches : (?);
7. Sephiroths du milieu : Malkhout;
8. Sephiroths droits : (?).

Bibliographie :
 
1.   Auriol  B.       Blanche Neige et les sept chakras,(ouvrage en préparation)
2.   Auriol B. Yoga et Psychothérapie, Privat (épuisé)
3.   Auriol B Introduction aux Méthodes de Relaxation, 2° Edition, Privat
4.   Auriol B.  La Clef des Sons, Eres éd., 1991
5.   Bettelheim B.  Psychanalyse des Contes de Fée,Laffont, 1976
6.   Von Franz M.L. L'interprétation des Contes de Fée, La Fontaine de Pierre, 1978
7.   Jeanperrin M.  Le Conte : Langage transitionnel dans l'institution, DESS, Psychologie Clinique, UTM, 1977

Gumbadan, pour vous servir.
Journalisée

L'enfant ignorant qui se fait un jeu des exploits de son père ne croit pas se moquer, mais pense qu'il est le fils de son père.
Frôr
phpBB Chercheur de Veines
*****
Messages: 88


Voir le profil
« Répondre #1 le: 25 Mars 2006, 12:25:00 »

C'est bizarre 7 nains dans blanche-neige et 7 nains dans Tolkien. Je veux parler des 7 pere bien-sur. C'est vraiment bizarre.
Journalisée

ue la vie des nains soit aussi longue que leur barbe
Tilkalin
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Messages: 1574


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #2 le: 25 Mars 2006, 13:21:03 »

Bizarre, vous avez dit bizarre ? Comme c'est bizarre !..  Tire la langue

Oui, en effet, 7 nains dans Blanche-neige (un conte des frères Grimm que Tolkien a lu...) et 7 pères des nains...
Curieuse "coïncidence" !  :wink:

Mais aussi une date : 1937, année de la sortie de Blanche-neige et les Sept Nains de Walt Disney et de la publication de The Hobbit. Et puis les noms de certains nains aussi : Grincheux (Bofur), Dormeur (Durin, Dwalin), Timide (Oin) ou encore Simplet (Dori)...

Mais bon. N'oublions pas que Tolkien détestait Walt Disney !  
Bizarre, non ? Sourire


Cordialement,
T.
Journalisée

L'enfant ignorant qui se fait un jeu des exploits de son père ne croit pas se moquer, mais pense qu'il est le fils de son père.
Frôr
phpBB Chercheur de Veines
*****
Messages: 88


Voir le profil
« Répondre #3 le: 25 Mars 2006, 13:36:42 »

Où veut tu en venir?  :? J'avoue que je ne saisi pas le ton de tes phrase.
Journalisée

ue la vie des nains soit aussi longue que leur barbe
Pages: [1] Imprimer 
Chroniques de Chant-de-Fer  |  Les Nains dans les autres mondes  |  Mythologie Naine  |  Fil de discussion: Blanche-neige et les Sept Chakras « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.9 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !