Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

10 Décembre 2018, 22:55:46
Accueil | Aide | Rechercher | Identifiez-vous | Inscrivez-vous
Nouvelles: A cause de robots de spam, les inscriptions sont désactivées, si vous avez besoin de vous inscrire, envoyez un mail à ccf@tolkiendil.com avec le pseudonyme souhaité. Merci de votre patience et de votre compréhension.

Chroniques de Chant-de-Fer  |  J.R.R. Tolkien  |  Chronologie et Histoire  |  Fil de discussion: Les Enfants de Mahal (Archives) « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Imprimer
Auteur Fil de discussion: Les Enfants de Mahal (Archives)  (Lu 1435 fois)
Anglin
Uzbad
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Sexe: Homme
Messages: 4191


Voir le profil WWW Courriel
« le: 16 Février 2004, 16:30:25 »

Sources; Silm, Chp II

Il y eu de nombreuses et fort longues périodes avant que la soleil  ne s'élève enfin dans le ciel et ne débute le décompte des années au Premier Age.
Avant même que les Elfes, pourtant appelés Premiers Nés, ne s'éveillent à Cuivenen, lors d'une période appelée 'La Nuit' de la Terre du Milieu, le peuple Nain fut engendré par Aulë.

Au plus grand secret d'une caverne, à l'abri d'une montagne de la Terre du Milieu, Aulë, seul, donna le don de vie aux Sept Pères des nains, outrepassant en cela son pouvoir et son autorité. Il leur fit aussi, en ce moment, le don sacré d'une langue parlée et secrète : le Khuzdûl.

Mais rien ne peut demeurer longtemps caché, pas même par un des plus grands Valar aux yeux d'Ilúvatar le tout puissant et seul vrai maître de ce don de vie.
Eru intervint donc et demanda à Aulë de mieux observer ses 'créations', en lui démontrant que celles-ci, telles des marionnettes, ne pouvaient vivre de leur propres volontés et combien son impatience et son désir de créer l'avait amené à engendrer des créatures mues uniquement de par sa propre existence et inertes à la moindre de ses diversions.

Pourtant, Eru fit finalement place à la création de son disciple et donna dans sa profonde grâce indépendance, volonté et voix aux premiers nains. Il y mit toutefois une condition :
Les Nains, qu'il considéra dès lors comme ses 'adoptés', devraient être plongés dans un profond sommeil et ne s'éveiller qu'après les Premiers Nés. Et à Aulë d'attendre et d'apprendre la patience jusqu'au moment venu qui serait fixé par Eru le tout puissant.
Il est aussi dit que les Nains demeureraient tels qu'Aulë les avait à l'origine pensés, tels qu'ils sont encore au Troisième Age, sans pouvoir les en modifier .

Aulë fut appelé Mahal par ses enfants : Le forgeron.


Voilà vos critiques .....
ceci remplacera la première partie des archives ...

et oui kehl ....  je vais faire qq références ....
Journalisée

Stéphane Grignon <Anglin>
Webmestre et Administrateur du Forum des Chroniques de Chant de Fer
Je suis avec le Comité de lutte contre le langage sms et les fautes volontaires
Meneldur
phpBB Réincarnation d'un Père
*****
Messages: 414


Voir le profil Courriel
« Répondre #1 le: 16 Février 2004, 19:49:35 »

Citation de: "Anglin"
à l'abri d'une montagne de la Terre du Milieu


J'avais toujours cru qu'Aulë avait crée les Nains en Aman...je me trompe peut-être, tu aurais une citasse?
Journalisée

« Le temps de ma réflexion, c'est à moi d'en décider. »
Anglin
Uzbad
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Sexe: Homme
Messages: 4191


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #2 le: 17 Février 2004, 12:55:51 »

Citation de: "QUENTA SILMARILLION Chapitre II, Page 50, §1"
"il [>Aule] travailla en secret et c'est dans une caverne sous les montagnes des Terres du Milieu qu'il donna vie aux Sept Pères des Nains."
Journalisée

Stéphane Grignon <Anglin>
Webmestre et Administrateur du Forum des Chroniques de Chant de Fer
Je suis avec le Comité de lutte contre le langage sms et les fautes volontaires
Tilkalin
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Messages: 1574


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #3 le: 17 Juin 2005, 20:14:49 »

Et c'est parce qu'Aulë s'est montré humble et s'est repenti (alors que son geste l'a fait "chuté" selon les propres dires de Tolkien dans sa Lettre 212, p. 287), qu'Ilúvatar a eu pitié de lui et de son impatience ; impatience qui l'a conduit pourtant à un acte d'orgueil (se substituer au Créateur).
Car, à la différence de Melkor, "[...] Aulë trouve sa joie et sa fierté dans l'acte de création et dans le résultat de cette création, non dans sa possession ni sa maîtrise. C'est ainsi qu'il donne et ne garde pas par devers lui, qu'il est libre de tout souci et passe sans cesse à une oeuvre nouvelle" (Le Silmarillion, p. 12).
C'est donc à l'humilité de Mahal que ses enfants doivent leur existence...

Cordialement,
Tilkalin.
Journalisée

L'enfant ignorant qui se fait un jeu des exploits de son père ne croit pas se moquer, mais pense qu'il est le fils de son père.
Anglin
Uzbad
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Sexe: Homme
Messages: 4191


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #4 le: 17 Juin 2005, 20:17:17 »

Tu pourrait reprendre à ta sauce cette création Eric, au moins la partie Tolkien stricte ....
Journalisée

Stéphane Grignon <Anglin>
Webmestre et Administrateur du Forum des Chroniques de Chant de Fer
Je suis avec le Comité de lutte contre le langage sms et les fautes volontaires
Tilkalin
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Messages: 1574


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #5 le: 18 Juin 2005, 14:26:34 »

Une autre pièce à verser au "dossier" de l'humilité d'Aulë :
Citation
Tous les deux [Melkor et Aulë], semblablement, désiraient créer du neuf et de l'inattendu, ce à quoi d'autres n'auraient pas encore pensé, et ils aimaient à ce qu'on loue leurs talents. Mais Aulë resta fidèle à Eru : il lui soumettait tout ce qu'il faisait, il n'enviait pas le travail des autres, mais recherchait les avis et en donnait. Alors que Melkor se consumait d'envie et de haine jusqu'à ce qu'il ne puisse plus rien que moquer les pensées des autres et détruire leurs oeuvres s'il le pouvait.  

Le Silmarillion et Contes et légendes inachevés : Le Silmarillion. Histoire des Silmarils, édition établie et préfacée par Christopher Tolkien, traduit de l’anglais par Pierre Alien – Contes et légendes inachevés, introduction, commentaire et carte établis par Christopher Tolkien, traduit de l’anglais par Tina Jolas, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1993, édition compacte, 826 p., p. 19.
Ce rapprochement entre Melkor et Aulë est particulièrement important puisqu'il explique certainement pourquoi Sauron puis Saruman, tous les deux des Maiar (et encore, parmi les plus grands qui soient) au service d'Aulë à l'origine (et, à ce titre, de grands maîtres forgerons), ont fini par "chuter" l'un et l'autre à cause de leur désir de possession et de pouvoir...

Tolkien s’en explique dans sa Lettre 131, pp. 143-160 (traduction établie par Michaël Devaux pour La Feuille de la Compagnie, n°2, p. 31) :
Citation
Ce désir [de création] est à la fois allié à un amour passionné du monde réel et premier, et par conséquent rempli du sens de la mortalité, et pourtant insatisfait par celui-ci. Il a de multiples occasions de "chute". Il peut devenir possessif, accroché aux choses qu’il a créées comme "siennes", le subcréateur souhaite être le seigneur et Dieu de sa création personnelle. Il a tendance à se révolter contre les lois du Créateur – en particulier contre la condition mortelle. Tous deux (séparément ou conjointement) mènent au désir du pouvoir, pour rendre plus rapidement efficace la volonté – et aussi à la machine (ou magie). [Il use ses talents] avec le mobile, corrompu, de la domination : renverser le monde réel ou contraindre d’autres volontés […].

Cordialement,
T.
Journalisée

L'enfant ignorant qui se fait un jeu des exploits de son père ne croit pas se moquer, mais pense qu'il est le fils de son père.
Meneldur
phpBB Réincarnation d'un Père
*****
Messages: 414


Voir le profil Courriel
« Répondre #6 le: 18 Juin 2005, 14:54:02 »

Citation de: "Tilkalin"
Citation
Tous les deux [Melkor et Aulë], semblablement, désiraient créer du neuf et de l'inattendu, ce à quoi d'autres n'auraient pas encore pensé, et ils aimaient à ce qu'on loue leurs talents. Mais Aulë resta fidèle à Eru : il lui soumettait tout ce qu'il faisait, il n'enviait pas le travail des autres, mais recherchait les avis et en donnait. Alors que Melkor se consumait d'envie et de haine jusqu'à ce qu'il ne puisse plus rien que moquer les pensées des autres et détruire leurs oeuvres s'il le pouvait.  

Le Silmarillion et Contes et légendes inachevés : Le Silmarillion. Histoire des Silmarils, édition établie et préfacée par Christopher Tolkien, traduit de l’anglais par Pierre Alien – Contes et légendes inachevés, introduction, commentaire et carte établis par Christopher Tolkien, traduit de l’anglais par Tina Jolas, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1993, édition compacte, 826 p., p. 19.


Dis, Tilkalin, c'est bien joli d'empiler les détails éditoriaux, mais elle sort de quel chapitre du Silmarillion / des CLI cette citation ?  Tire la langue
Journalisée

« Le temps de ma réflexion, c'est à moi d'en décider. »
Tilkalin
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Messages: 1574


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #7 le: 18 Juin 2005, 15:02:10 »

De la page 19 (donc sous-entendu du Silmarillion...),  c'est-à-dire du "Valaquenta"  :wink:.

T.
Journalisée

L'enfant ignorant qui se fait un jeu des exploits de son père ne croit pas se moquer, mais pense qu'il est le fils de son père.
Tilkalin
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Messages: 1574


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #8 le: 19 Juin 2005, 21:13:26 »

Le premier récit de la fabrication des Nains par Aulë remonte à l'écriture des Later Annals of Beleriand, dans la seconde moitié des années 1930, publiés dans le Home V, "The Lost Road and other Writings". Ce texte est donc contemporain de la publication du Hobbit en Septembre 1937. Il est donc aussi contemporain des premiers mots de khuzdûl ("Khuzûd", "Khazaddûm") que l'on trouve dans le Quenta Silmarillion composé vers 1937.

A la p. 129, on peut lire :
Citation
But it is said by some of the wise in Valinor, as I [Pengolod] have since learned, that Aulë made the Dwarves long ago, desiring the coming of the Elves and of Men, for he wished to have learners to whom he could teach his crafts of hand, and he could not wait upon the designs of Ilúvatar. But the Dwarves have no spirit indwelling, as have the Children of the Creator, and they have skill but not art ; and they go back into the stone of the mountains of which they were made.
On retrouve ici l'essentiel des idées relatives à la fabrication des nains telles qu'elles seront développées dans le texte publié en 1977 dans Le Silmarillion.

Toutefois, il existe une différence notable que Christopher Tolkien explique à la p. 149 :
Citation
[...] the old hostile view of them [the Dwarves] finds expression in the remarkable assertion that they 'have no spirit indwelling, as have the Children of the Creator, and they have skill but not art'.
Cette "ancienne opinion hostile" selon laquelle les Nains n'ont pas d'âme disparaîtra dans la version publiée du "Silmarillion".

Il est intéressant de noter que cette perception négative des Nains fait écho à celle du Quenta Noldorinwa, écrit en 1930 et publié dans le Home IV, "The Shaping of Middle-Earth", dans lequel on peut lire un commentaire de Ch. Tolkien (pp. 174-175) :
Citation
The older view of the Dwarves [...] was still present when my father wrote the Quenta : though 'they do not serve Morgoth', 'they are in many things more like his people' (a hard saying indeed) ; they were naturally hostile to the Gnomes, who as naturally made war on them.
A son tour, cette ancienne idée des Nains date de l'époque de l'écriture des Lost Tales (Home I et II), dans lesquels les Nains sont décrits comme un peuple maléfique. A noter cependant que la comparaison de la fabrication des Nains et des Orques trouvent ici certainement l’une de ses origines.

Si dans Le Silmarillion ne subsiste plus aucune trace de cette idée "primitive" des Nains, ni de l'assertion selon laquelle les Nains n'ont pas d'âme, il est à noter toutefois qu'ils ne sont pas pour autant devenus les Enfants d’Ilúvatar, mais ses Adoptés. Ils ne deviendront ses Enfants à part entière qu’à la Fin des Temps, lorsqu’ils aideront Mahal à reconstruire le Monde. De fait, s’ils sont de grands artisans, ils ne sont pas pour autant de grands artistes, car ils ne sont pas l’œuvre du Créateur, mais d’un de ses anges. Les Nains ne partagent donc ni la destinée des Elfes, ni le libre arbitre des Hommes...

Cordialement,
Tilkalin.
Journalisée

L'enfant ignorant qui se fait un jeu des exploits de son père ne croit pas se moquer, mais pense qu'il est le fils de son père.
Pages: [1] Imprimer 
Chroniques de Chant-de-Fer  |  J.R.R. Tolkien  |  Chronologie et Histoire  |  Fil de discussion: Les Enfants de Mahal (Archives) « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.9 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !