Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

11 Décembre 2018, 08:16:35
Accueil | Aide | Rechercher | Identifiez-vous | Inscrivez-vous
Nouvelles: A cause de robots de spam, les inscriptions sont désactivées, si vous avez besoin de vous inscrire, envoyez un mail à ccf@tolkiendil.com avec le pseudonyme souhaité. Merci de votre patience et de votre compréhension.

Chroniques de Chant-de-Fer  |  Les Nains dans les autres mondes  |  Mythologie Naine  |  Fil de discussion: Le forgeron Völundr « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: [1] Imprimer
Auteur Fil de discussion: Le forgeron Völundr  (Lu 1427 fois)
Tilkalin
Administrator
phpBB Disciple de Mahal
*****
Messages: 1574


Voir le profil WWW Courriel
« le: 04 Janvier 2006, 16:22:20 »

Cette courte présentation du forgeron mythique Volündr est essentiellement tirée d’un article du professeur Régis Boyer, « Volündr, le forgeron merveilleux des anciens Germains et Scandinaves », paru dans la revue Cahiers de la Société des Etudes Euro-Asiatiques, n°12, La forge et le forgeron, II., « Le merveilleux métallurgique », Paris, L’Harmattan, collection Eurasie, 2003, 204 p., p. 7-20.

A partir d’un poème de l’Edda poétique, la Völundarkviða (chant de Völundr), consacré au forgeron merveilleux de la mythologie germano-scandinave ancienne, R. Boyer tente de montrer en quoi Völundr est une manière de parangon de ce qui fut toujours l’idéal nordique : le smiðr, l’ingénieur. Déjà dans Les Vikings, il notait que « la mythologie nordique [a] fait une place de choix à la version du thème universel du forgeron merveilleux, Völundr […] » (p. 288). Maître artisan, il est crédité de l’invention du labyrinthe, puisqu’en islandais moderne, ce mot se dit völundharus, maison de Völundr. L’islandais connaît d’ailleurs l’expression : « c’était un vrai völundr en fait de travail de ses mains. »

L’histoire de Völundr, qui a connu une large diffusion dans toute l’aire d’expansion germanique (anglo-saxon, vieux allemand et scandinave), bénéficie d’une tradition littéraire riche et diverse, ainsi que d’une importante iconographie.
Völundr « était l’homme le plus adroit de ses mains dont on ait jamais parlé dans les récits anciens » précise Snorri Sturlusson. Apprenant cela, le roi Nidudr s’empare de lui, le mutile et l’oblige à forger toutes sortes d’objets précieux. Pour se venger, Völundr tue les deux fils du roi et fait de leurs crânes des coupes à boire, de leurs yeux, « des gemmes scintillantes » et de leurs dents, des broches qu’il offre à Bödvildr, la fille de Nidudr. Il la séduit, l’engrosse et s’enfuit grâce à des ailes qu’il s’est forgées.
Mais le statut de ce personnage reste étrange : est-ce un héros ? ou un dieu ? ou un géant ? ou encore un nain* ? voire même un alfe ? Toutefois, il serait dangereux de présenter un front uni de Völundr. Dans une perspective diachronique, R. Boyer propose donc trois strates qui ont progressivement contribué à construire ce personnage : i/ une indo-européenne archaïque, ii/ une pangermanique plus récente iii/ et une scandinave ancienne.

i/ Le mythe du forgeron merveilleux existe dans toutes les mythologies. L’un des thèmes récurrents de cet ensemble de mythos est sa faculté extraordinaire de créer des objets nonpareils. De même, le motif de la mutilation qui confère l’acquisition d’un savoir. C’est un motif initiatique où l’initié obtient une sorte de science magique au terme d’un sacrifice personnel. Ainsi, à l’instar d’Odinn le borgne, dieu du savoir suprême, et de Tyr le manchot, dieu de la loi et du droit, Völundr est mutilé et mis dans Sævarstadr pour y fabriquer des merveilles.

ii/ La strophe 14 de la Völundarkviða, qui se réfère explicitement à Sigrudr Fafnisbani, permet de raccorder Völundr au célèbre héros. Le forgeron merveilleux se trouve ainsi rattaché à la thématique du héros, dont Sigurdr est le parangon. D’autre part, la mythologie germanique ancienne, avec ses connotations chamaniques, tentait d’établir une sorte de correspondance avec le monde des morts, pour leur arracher les secrets sacrés, comme la maîtrise du feu et l’apprivoisement des métaux.

iii/ La strate scandinave se subdivise entre :

a) La magie.
La religion des anciens Scandinaves est immergée dans la magie. Or, Völundr est un maître-magicien : il « lie » les métaux par le feu de sa forge. Il appartient ainsi aux divinités appelées höpt ou bönd (hapt et band au singulier), c’est-à-dire « liens ». Cette vertu magique est partagée par Völundr, qui soude les éléments de la matière et ensorcelle, et Nidudr, qui enchaîne les forces vives et prive de liberté d’agir. Fils du roi des Finnar, Völundr est rattaché à la magie car les Finnar, c’est-à-dire les Sames (les Lapons), étaient réputés pour leurs aptitudes magiques.
Le magicien, en vieux norrois, est d’ordinaire dit fjölkunnigr, au multiple savoir. Le magicien est donc l’homme qui « sait » maintes choses, qui a part aux arcanes d’une certaine science. Ce savoir magique nous renvoie ainsi au motif des morts. De fait, une étymologie pourrait faire de Völundr un mort, c’est-à-dire un nain. On sait que les nains n’étaient pas petits – ils avaient notre taille, leur nom même, dvergr, « tordu », renvoie à la position fœtale dans laquelle on inhumait les humains. En tant que défunts, ils détenaient le savoir et vivaient sous terre, dans la fréquentation intime des métaux, ce qui fait d’eux de grands artisans ou smiðr (smith en anglais et schmidt en allemand). Pour R. Boyer, c’est peut-être le maître mot de cette culture ou civilisation scandinave ancienne.

b) Le savoir-faire.
Völundr est l’expression nordique du culture hero, du héros civilisateur indispensable à toute société. Il est le savoir-faire, il est le maître artisan d’une culture qui prisait cette valeur plus que tout. La civilisation scandinave est celle de « l’ingénieur », du bateau viking, des églises en bois, aux codes de lois élaborés, aux objets fonctionnels et à la poésie scaldique.
De fait, le Scandinave, féru d’habileté technique et d’efficacité, a conféré au Grand Forgeron un statut tout proche de celui des dieux. Cette mentalité scandinave répugne au génie abstrait, dont les alfes sont l’antithèse puisque, puissances tutélaires de la fertilité-fécondité, ils régentant le raisonnement pratique. Nommé « prince des alfes » à la strophe 10, Völundr cristallise et résume toute la complexité d'un monde mental dans lequel il est aussi merveille des morts.

c) Le destin.
Valeur fondamentale dans l’univers scandinave, la Völundarkviða est placé sous le signe des déités fatidiques. Völundr domine ce monde de deux façons :
- il est celui auquel le Destin fait injure et auquel il fait face sans se révolter ou se lamenter : il assume et domine. De fait, Völundr n’est pas héros par définition, mais il s’est fait tel.
- s’il a pu triompher, c’est par son savoir et son savoir-faire car « il était le plus savant » (strophe 28).
R. Boyer en conclut que « s’il est naturel que le grand smiðr participe de la magie, il lui revient également de triompher des imperfections de la condition humaine par son savoir-faire. »

Le forgeron merveilleux est, partout, le prototype de l’alchimiste. Il parvient à maîtriser les éléments, à dominer la condition humaine et à abolir les frontières entre la vie et la mort. Völundr participe, de ce fait, à la fois du mythe, du folklore et de la littérature. Pour R. Boyer, Völundr coïncide exactement avec l’idiosyncrasie des Germains du Nord.

* Ceux-ci étant les morts, le mot völundr pouvant renvoyer au thème val- (valr, les morts laissés sur le champ de bataille) et à undr, la merveille. Et R. Boyer de noter : « Völundr serait alors le parangon des morts, ce qui justifierait ses talents comme magiques. Les nains-morts, créatures souterraines par définition, sont, de toute manière, crédités de la science du travail des métaux »

Cordialement,
Tilkalin.
Journalisée

L'enfant ignorant qui se fait un jeu des exploits de son père ne croit pas se moquer, mais pense qu'il est le fils de son père.
Pages: [1] Imprimer 
Chroniques de Chant-de-Fer  |  Les Nains dans les autres mondes  |  Mythologie Naine  |  Fil de discussion: Le forgeron Völundr « sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.9 | SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !