Un Recueil d'oeuvres personnelles et d'amis en grande partie du site d'Elbakin. Bientôt : Accueil des oeuvres d'Eolle d'elbakin qui ecrit tellement / qu'elle va me prendre une page aisement !!!

 

 

"Gandalf"

Grey Cloaked pilgrim and old storyteller,
A sword in his hand called the Foe-Hammer,
Noble man, great wizdom anywhere he is known,
Dwarf, elf and hobbit and by any kind of man,
As a dommed wizard or as a common one.
Long and hard the travel, for the lord to reach throne,
From the darkest mordor to the Haven of Lindon.

Anglin Turcam, 1988, premier poème écrit

Sifflotant, gambadant ou devisant gaiement,
Rimailleur, ripailleur, vers aux lèvres, fleurs aux mains,
Coléreux, dangereux au besoin, hache au vent ;

Il n'a pas son pareil pour montrer le chemin,
Sous la pluie, au soleil et du soir au matin,
Cherchant loin l'aventure, s'arrêtant pour un rien :
Miel ou bien confiture, bastons sans lendemains ;

Des elfes il se méfie, et de l'eau et des liens,
La bière il préfère, l'herbe à pipe et le vin,
C'est un nain, un ami, et il se nomme Anglin.

Muscardin

Quand une hache file vers sa cible
Que le son part dans l'aigü avant de finir grave
Que la mort devient tout à coup possible
Que l'on devient d'une victoire brave

Alors on aime le combat
Les orcs, les trolls devant toi
La rage au fond des bras
La hache qui sans cesse tournoie

Des visages autour de toi
Amis et enemis il faut choisir
Quand tu le sent à ta foi
Tes coups les noirs font mourrir

Adrenaline, sang, acier flottant
Stoppent le flot du temps
Quand la mort tu a en face
Pries ton courage qu'en premier elle ne se lasse

Anglin

On y cotoie elfes, nains, maitres de la toile
On y tisse vers, rimes, pieds, en soleil lune ou étoiles
Les mots ici sont faciles
Tout le monde y a le verbe gracile

L'auberge du nain Anglïn
La bierre s'y boie, le vin se verse gaiement
Comme les mots qui glissent de la gorge si facilement
En parlant de belles montagnes ou vertes collines

Tout y passe, tout s'y créé
Des combats tragiques aux amourettes d'été
Gandalf parait-il y aurrait jeté un sort
Les mots grâce à lui fusent mus par des ressorts

On y discute méthodes on y discute auteurs
Par la même certains se prennent pour des acteurs
Ils y parlent en rimes de leurs contes à eux
Qui meritent pour certains qu'on y jettent nos yeux

Anglin le tavernier heureux

Depuis de longs mois, les prés de la Comté
Le rôdeur Halbarad n'avait plus foulés
Le Sombre seigneur des télécoms l'en avait écarté
Mais de son épée il avait vaincu l'adversité.

Par une froide journée aux vents hivernaux
Il avait retrouvé la beauté du pays de Frodo
Et a sa grande surprise il fut ravi de constater
Que de si belles personnes s'y arrêtaient pour chanter

Un nain a la poésie plus fine que le tranchant de sa hache
Un rongeur qui chante plus qu'il ne se cache
Un orque, la mort les emporte, qui a pourtant de belles manières
Le rôdeur ne pouvait que pâlir en y joignant la maladresse de ses vers

Halbarad

"Pour imaginer"

Dis moi, voyageur, te serais tu perdu ?
Alors pars, n'attend plus ! Cours !
Suis cette route là, tiens, celle-ci ? Que sais-je, où vas tu ?
Prend ton coeur à deux mains, sème donc un peu d'amour.
Petits cailloux le jour, et mille étoiles la nuit.
Lève donc les yeux au ciel, tu verras au delà.

Observe un peu les gens qui croisent ton chemin,
Dis moi si leurs visages sont hâlés par la faim,
La faim de ce qu'ils quittent, de ce qu'ils ont laissé
Ces contrées langoureuses que tu as devant toi,
Ces collines sinueuses qui n'attendent que toi,
Car ici rien n'est fait, et tout reste à créer.

Mais prend un peu de temps, toi qui es fatigué.
Au bord d'une de tes routes, tu trouveras, cherchant bien,
L'âtre réconfortant de notre ami le nain
Dont la parole n'a d'égal que sa chope de bière.
Car tu verras, là-bas, plus rien n'est compliqué,
Tous sont attablés, tous rient, font bonne chère,
Et chantent avec les yeux leur joie d'imaginer.

"Bonsoir à vous, gentes dames et gentils damoiseaux, puis-je prendre place en
cette digne assemblée ?"

Erachion.

En face de vous se tient
Un grand verre à la main
Petit sourire en coin
Eh mais oui c'est un nain !
On dirait qu'il tient
Un beau chiffon de lin
Aurait-t-il le dessein
De rendre leur brillance
A ces tables toutes rances ??

Erachion

"A voir non pas comme une apologie de l'alcoolisme mais comme un vibrant hommage à une des créations de l'homme."

Pinte et choppe, bouteille et tonneau
Non pas celle qui repose sous les tombeaux
Mais qui réveille les appétits, grands et petits
Son abus mène au tombeau autant qu'au lit.

Elle réchauffe les coeurs vaillants et rieurs
Creuse une tombe à ceux dont la vie est malheur
Exalte les sentiments des hommes timides
Dévoile les sombres desseins des serpents perfides.

Blonde ou brune, lourde ou subtile comme la fleur de lys
Son parfum enivrant enchante ceux qui en sont épris
Le voyageur fatigué au gosier par l'eau déserté
Par ce breuvage sait qu'il pourra se désaltérer.

Hé! Tavernier, est-elle bien brassée, ta bibine?
Sers-en une de ta meilleure pour ma comptine
Car les déboires, sans le sou m'ont abandonné
Et sur les beaux jours, j'ai envie de pleurer.

Halbarad

Heureux le nain Anglin, joyeuse l'auberge
Où rimes si fines et esprits emergent
Où les sujet divers d'amour et de bière
D'éte comme d'hiver, de monts de rivières

Tous ici font parler en premier la forme
Le fond n'est pas plié en aucune norme
Parlez mes convives, parlez et consommez
Ceux dont l'âme est vive, ou le palais gourmet

Tous ici se retrouvent, pour boire des verres
La chaleur vous couves au son de jolis vers
Remplissez vous l'esprit ou ventre affamé

Nul ne fait de tri, ce n'est jamais fermé
L'auberge d'Anglïn le nain et poête
Qui fait faire aux mots d'habiles pirouettes

Anglin

"Pas de jugement précipité"

"Comme leur corps, les nains ont l'âme grossière
Butés, râleurs, pas une seule verte idée,
Ils ne sauront jamais sortir de terre,
Vieux oignons barbus, qu'il faut délaisser"

Voilà ce que, du fond de sa forêt,
Le vieil ent n'était pas loin de penser...
Quelle folie, pauvre modèle pour troll !
Vois ! L'assemblée autour de toi rigole !

Tu n'avais donc pas compris que le nain
A sa fierté, certes, mais qu'il cache en lui
Des vers plus beaux que les trésors enfouis.

Houm ! l'Auberge du nain-poète a su
Apprendre à un vieil arbre vermoulu
A ne pas réfléchir comme un gros... coing.

Fangorn, charmé de découvrir cet endroit

"Anglin, Fils de Gimli,"

A l'Auberge du Nain Poète
N ain guerrier, tu invites à la fête.
G lorieux héritages de l'illustre Poney Fringant
L e couvert et la bière y sont des plus enivrants
I lluminé et bercé par la douceur du feu
N ul accueil plus chaleureux ne subsiste en Terre du Milieu.

F ourbus pèlerins, trouvez en cette auberge le repos
I nfatigables voyageurs, osez porter une oreille aux doux mots
L e Tavernier charme la compagnie de ses vers
S aluant l'héroïsme des conquêtes de ses pères.

D es chants entonnés, les mélodies s'envolent au plus haut,
E mportées par les vents de Manwë, au delà de Belegaer.

G imli, en Valinor sur les berges du Lorellin
I llumine ses rêves des rimes de son fils Anglin.
M erveilleux conteur, ta poésie longtemps nous troublera ;
L 'ami des nains te salue bien bas,
I vre des contes entendus ici bas.

Pat

"Invitation en retour"

Il est rare, pour un Ent, de croiser le regard
D'un Nain, d'autant plus lorsqu'il est si bienveillant !
Quel plaisir d'admirer hier soir en veillant
Son portrait, sans devoir à la hache crier gare !

Gimli connut le privilège d'être reçu
En la forêt de Fangorn avec grand honneur.
Comme l'accueil de son fils ne m'a pas déçu,
Les grottes d'Aldalómë feront son bonheur !

Fangorn, ami des Nains, qui l'eût cru ?

"Frères barbus"

Voici l'interprétation, difficile à rimer,
Par pitié, ne comptez pas les pieds !
Les Ents, des Nains, sont les frères
Car tous proviennent de la terre.
Les Nains furent façonnés
Par Mahal, le fier Aulë
Qui, à Yavanna, était marié.
Leur sol était commun,
Seules différaient leurs fins.
Aulë développa arts et métiers
Tandis que Yavanna préférait
Laisser la nature agir en liberté.
On comprend leur proximité
Dans les anciennes chansons.
Du même couple, ils sont les enfançons.

Ainsi l'expliquerait Fangorn,
Aussi appelé Sylvebarbe Au bien-nommé Bregorn, doux nom elfique du "vivebarbe". Mais - c'est un autre point commun - Le nom secret des Ents et des Nains Reste ignoré du dehors, Car c'est leur plus beau trésor.

"Eh donc ..."

Noldothrond, ou une autre Mazarbul
Ici peuvent se rassembler les sages
La connaissance et les rimes coulent
Dans ce hall de conteurs d'un nouvel age

Merci à ceux qui ici s'étonnent
Merci à ceux qui s'essaient au lyrisme
Même si vous croyez que l'ensemble detonne
Croyez moi ici on perçoie bien l'onyrisme

Anglin

Ca fait longtemps et ça me démangeait ....(a propos de ma fille)

Un an déjà que je suis papa
Tel Thingol le gris grâce à Melian la Maïa
J'ai moi aussi un joyau inestimable qui m'emplie de joie

Ma petite Camille c'est ma Tinuviel à moi
Rien ne m'emporte autant que le son de sa voix
Luthien, mon rossignol chante toujours comme ça

Je suis pour toujours là pour toi
Baba ou papa qu'importe ... viens dans mes bras
Viens serres moi très fort jamais tu n'aurras froid

Je t'aime mon ange ... un an déja !
Un an que je suis fou de toi
Un an qui compte déjà fort croies moi ....

Anglin le plus qu'heureux papa depuis le 22 Mars 2001

"Au Nain poète"

Si la beauté d'une Elfe j'ai louée
Et son nom en mon coeur j'ai gravé
Les proses d'Anglin je n'oublierai pas
Mon esprit de ses vers se délectera

Mais pourquoi donc s'étonner
Car du grand Gimli il est parenté
Puisse sa barbe pousser toujours
Car il descent d'un grand Ainur

Si j'ai le Don que vous m'avez prêté
Mes paroles sauront vous enchanter
Car de mon âme elles ont jailli
Pour s'adresser à un ami

Mon coeur peut s'émouvoir facilement
Permettez moi de vous rendre le compliment
Que vos poèmes aillent par vents et collines
Eclairer nos Jours comme le fit Laurelin

Sincèrement
Ringarion