Je me nomme Anglin Turcam fils de Nali (1), dans la langue Sindarine mon nom signifie Chant-de-Fer et Main-de-Maître (qui pourrait aussi se traduire par Camatur).

Le Chant-de-fer est celui que rares peuvent entendre quand les forges naines tournent à plein régime, et que les maîtres forgerons tapent sur leurs enclumes avec un rythme qui caractérise leur origine, offrant aux curieux une musique si particulière quand elle est maîtrisée.

La Main-de-Maître descend du grand Narvi de Khazad-dûm, grand parmi les grands qui fut l'ami de Celebrimbor d'Eregion alors que les peuples Elfes et Nains partageaient comme rarement leurs savoir à l'orée de la création des grands Anneaux de Pouvoir.
Mon véritable nom je le vous le donnerais pas dans notre langage, car même si je me languis de vous en apprendre un peu plus sur celui-ci je ne peux déroger à des lois si profondément enracinées que celles qui concernent nos noms propres et c'est pour cette raison que celui que je vous donne résonne en Sindar, un peuple que j'affectionne.
Je suis né en Erebor quelques années avant la Guerre de l'Anneau, j'y ai livré mes premiers combats au côté des Hommes près de la montagne solitaire. Je me mis ensuite à sillonner les Terres du Milieu, le plus souvent en solitaire. Des montagnes bleues de l'Ouest chères à mon peuple à Erebor par l'Est et, plus au Sud, Aglarond, les Cavernes Étincelantes je cheminais sur de nombreuses routes dont la plupart d'ailleurs furent tracées et construites par mes ancêtres jusqu'à Bree au Nord, où j'appris à connaître les hobbits, un peuple retranché dans ses frontières comme un trésor dans ses cavernes et pourtant si plein de ressources et de bonnes choses à boire, manger, fumer et pour moi le plus important à écouter et apprendre.
Ceci me convainquit d'ailleurs qu'il valait mieux chercher les petits Perians à leur source, la Comtée. C'en est devenu un de mes lieux de passages préféré, ou j'aime à m'arrêter pour discuter et mettre par écrit tout ce que j'ai pu voir ou entendre. Qu'il y fait bon en effet de fumer leur fameuse Herbe Tobold tout en devisant sur les vérités de notre monde.
Je parle et écris de multiples langues, cela me permet de recouper des fragments pour bien comprendre une histoire, j'aime d'ailleurs l'Art des mots par dessus tout, qu'Aulë bénisse Daeron l'inventeur des Ecritures, car il nous permet de garder et de conter de si belles choses aujourd'hui.


(1) Mon père, Nali, fut un grand linguiste et un honnête combattant, il m'a donné le goût des mots et l'art des armes, on dit d'ailleurs qu'il fut de la compagnie de Balin fils de Fundin qui partit sans revenir jamais de Khazad-Dûm et que Gimli et Gandalf lurent quelques mot de sa main même sur le Livre de Mazarbûl.

 

S'ajoutera plus tard une petite idée de celui qui est ici votre serviteur à savoir moi. Sachez en attendant que je reste assez disponible pour toute question relative au site et à sa mise en forme.

Mon E-Mail : anglin_turcam@yahoo.fr

Mais surtout à l'adresse disponible sur la Frame d'accueil, qui fut créée à cette fin. courrier_chroniques@yahoo.fr

 

 

 

C H A N T - D E - F E R
Extrait du SdA, Passage en Moria, Chanson de Durin chantée par Gimli fils de Gloin

 

V